L’affaire du canon noir

                                                    

                              Film de Huang Jianxin (1985)

                              Présenté par Luisa Prudentino

                                                      

Auditorium du CCF, à 20h30

Durée : 1h44
Avec Li Zifeng, Gherard Oischewski

Hans Schmidt, un ingénieur allemand, doit superviser le montage de machines dans une usine  chinoise typique des années 80. Il se voit refuser l’aide de l’ingénieur Zhao Shuxin, qui avait pourtant servi brillamment d’interprète pendant la première phase des travaux.
Sans qu’ils en soient conscients, les deux hommes se retrouvent en fait au centre d’un énorme malentendu à cause d’un télégramme « obscur » envoyé par M.Zhao, dans lequel il recherche un canon noir… Ce canon, qui n’est en fait qu’une simple pièce d’échecs, va déclencher le mécanisme paranoïaque de la suspicion bureaucratique qui y voit une sombre affaire d’espionnage…   
Ce film sera reçu comme un véritable .. coup de canon dans le panorama du cinéma chinois des années 80. Jamais un film n’avait osé parler de certains thèmes totalement tabous dans la RPC : la puissance du mécanisme de délation, l’absurdité du système bureaucratique, la méfiance ou plutôt la non-connaissance des étrangers à l’époque..
Cette dénonciation formelle des erreurs commises par la suspicion et la bureaucratie est tellement  bien faite que le Parti n’a pas osé critiquer le film et l’acteur principale a même été récompensé en 1986 par le Coq d’Or (l’équivalent du César) de la meilleure interprétation masculine.

Il s’agit, sans aucune hésitation, de l’un des plus intéressants films chinois de tous les temps.

Comme les années précédentes, avant chaque projection, Luisa nous re-situe le film dans son contexte historique et artistique, nous en donne quelques clefs afin de mieux en appréhender toute la signification et la symbolique. Suite à la projection, un débat est ouvert et Luisa subtilement nous dévoile ce que nous n'avons pas su voir....

Luisa PRUDENTINO.

Après une maîtrise de langue et civilisation chinoises, en 1985 elle part en Chine pendant 3 ans pour se consacrer à la recherche sur le cinéma chinois. Rentrée en Italie, elle organise le premier festival consacré au cinéma chinois contemporain.
En 1990, elle vient en France où elle approfondit son travail de recherche sur le cinéma à l’EHESS de Paris. Auteur de nombreux articles et essais sur le cinéma chinois,  en  2003, elle publie Le regard des ombres, son premier livre entièrement consacré au cinéma chinois contemporain.
A participe également a l’élaboration du Dictionnaire du cinéma asiatique, pour la section Chine, publie aux Éditions du Nouveau Monde il y a moins d’un an.
Est actuellement chargée de cours a l’Inalco a Paris sur l’Histoire du Cinéma chinois et prépare un ouvrage pour une maison d’édition italienne sur l’histoire du Cinéma chinois axée plus particulièrement sur les relations entre cinéma et littérature.